21 nov 2013
novembre 21, 2013

La France et les Plombiers Polonais

0 Comment

« La France a connu le règne d’Attila et des Huns, les Anglais pendant la guerre de cent ans, les Russes en 1815, les Prussiens en 1871, les Allemands pendant les deux guerres mondiales… Et maintenant, voici l’invasion polonaise !  » crient certains (même s’ils ne sont pas tous Polonais).

Pourquoi tant de haine et de polémique ?… Ces hommes et ces femmes ne viennent pas selon la célèbre formule consacrée : « manger le pain des Français ».

Ils font des boulots qui ne trouvent plus preneur chez nous. Ils viennent en France, y restent un peu, le temps de rénover un appartement ou de remettre en état une salle de bain, et ils repartent. NON, ils ne sont pas inscrits à Pôle emploi où ils grossiraient les rangs des bénéficiaires du chômage. NON, ils ne touchent pas le RSA. NON, ils ne se bousculent pas sur la liste des demandeurs de HLM, mais…Ils travaillent efficacement,  et sont contents de bosser… Bizarres ces Polonais…

Leur présence ici n’a rien d’anecdotique. Elle en dit long sur nos pays. La Pologne, à l’instar d’autres pays postcommunistes, manifeste une vitalité rafraîchissante. On y aime l’Europe qui lui a ouvert ses portes. On cherche à gagner sa vie, à nourrir sa famille, à faire de l’argent (ce n’est pas un gros mot) et pour cela, on est prêt à voyager même en autocar inconfortable de Varsovie à Paris.

En France, il y a beaucoup plus d’immigrés clandestins que de plombiers polonais sous contrat de travail : le ministre du Travail entend-t-il les traduire en justice ?

Cette « invasion polonaise » nous dit ceci : Nous sommes un vieux pays fatigué où sous tous les gouvernements successifs, le travail manuel a été dévalorisé. Les mains dans le cambouis, les mains dans le ciment, dans la peinture, ce n’est ni sale ni dégradant. Et pourtant, on trouve chez nous bien plus de candidats pour être vigiles ou caissières dans un supermarché que pour refaire un plafond qui se fissure.

Lorsque vous faites appel à un professionnel du recrutement, LES TRAVAILLEURS « POLONAIS » (terme générique bien entendu) qui viennent sur vos chantiers le font en toute légalité, selon le droit du travail. Rappelons ici qu’un travailleur qui est qualifié pour exercer une profession dans son pays d’origine, l’est aussi pour l’exercer dans tout autre pays de l’Union Européenne.

Alors posons la question : cette invasion positive (aïe !) ne nous invite-telle pas à dépoussiérer nos vieux fonctionnements et à faire progresser l’économie des entreprises françaises et européennes, en utilisant les ressources là où elles se trouvent ?

Texte inspiré des propos de Benoit RAYSKI, historien, écrivain et journaliste qui a notamment publié : Le Gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.